Quand cuisiner devient un automatisme…

Comme vous le savez, le mois de janvier a été long et pénible sur le moral !
Avec les crises de Didi, le travail et l’entraînement, mettons que la madame
tirait de la langue un peu ! Fake, ça arrive que parfois je tombe dans la lune
plus facilement ou mon niveau d’écoute est beaucoup plus faible ! Ce qui veut dire, dans ce temps-là si la personne ne va pas droit au but avec ses phrases, ça se peut qu’après trente secondes, je décroche !

Mon cerveau est ainsi fait ! 😉

Fake… vu que c’était mercredi soir et que c’est moi qui suis corvée de
repas ! Oui, oui ! Nous avons un horaire pour les repas, le lundi, mercredi,
samedi, dimanche, c’est moi qui fais le souper ! Le mardi, jeudi et vendredi,
c’est Monsieur Berlue ! Pourquoi ? Parce que les soirs qu’il les fait, je suis
au gym ! D’autant plus que ces temps-ci, j’y suis beaucoup en vue des
compétitions qui s’en viennent, mais ça, c’est une autre histoire ! Pour le
savoir, suivez-moi ICI !

Alors ! Revenons à nos moutons ! J’arrive à la maison mercredi soir ! Monsieur Berlue avait déjà coupé les légumes dont j’aurais besoin pour faire le souper ! Ensemble, on a choisi de faire du macaroni à la viande !

C’est vite fait, bien fait !

Étant donné que les légumes étaient coupés, je me suis attaquée à la viande
! Parle, parle, jase, jase de tout et de rien avec Monsieur Berlue, je cuisine
avec juste un neurone et quart ! Tsé, quand tu fais les affaires par automatisme ! Ben, c’est ça ! C’est ce que je faisais ce soir-là !

Tout ça en gérant mademoiselle avec ses mille et une exigences ! Sérieux !

Ça va-tu finir bientôt ?! 😉

Pendant que la viande mijote dans la poêle, je fais un peu de vaisselle,
écoute Monsieur Berlue me raconter sa journée ! Il a eu son évaluation à sa job ! C’était assez intense comme discussion ! Je reviens brasser ma viande une fois de temps en temps ! Bref, une vraie petite abeille qui n’arrête pas trente secondes !

Je me rends compte que j’ai oublié d’assaisonner ma viande ! Je sors les
épices habituelles sans trop regarder ! Tsé, quand je vous dis que je fais ça
par automatisme, c’est vraiment le cas ! De toute façon, au nombre de fois que je fais du macaroni, je fais ça les doigts dans le nez ! 😉 C’est une métaphore
! 😉

Quand je cuisine, je suis plate ! Dans le sens dont je procède toujours par
les mêmes étapes ! Un toc peut-être ? C’est ma façon à moi de ne rien oublier ! Pas de place à de l’improvisation, du moins dans la cuisine ! 😉

Je commence toujours par le poivre, ensuite les épices à steak, poudre
d’oignons, poudre d’ail et du basilic ! Les sachets d’épices sont toujours
placés dans le même ordre, donc je ne porte pas trop attention, jusqu’au sachet de basilic…

Ici, on aime ça le petit goût que ça donne, donc j’en mets vraiment beaucoup ! Je saupoudre l’épice au-dessus de la poêle et sans faire exprès, j’en ai vraiment plus que je voulais ! Mais en même temps, ce n’est pas trop grave, tsé ! C’est bon du basilic !

Lorsque j’ai pris la cuillère de bois pour brasser le tout, je trouvais dont
que ma montagne de basilic était vert fluo ! Je commence à brasser et tout à
coup, j’allume ! Ce n’est pas du basilic…. C’est du persil ! Ah ben! Tabar**** Je me suis trompée de sachet dans l’armoire !!! Nonnnnnnn !!!

Comment je vais faire pour enlever ça ?! J’en ai déjà intégré la moitié à la
viande !! Eh câline ! J’ai scrappé mon macaroni ! Eh que je vais en entendre
parler longtemps ! Je prends une petite cuillère et j’essaie d’enlever le plus
possible de persil ! Tsé, c’est bon, mais pas en trop grande quantité !

Avez-vous déjà essayé d’enlever des épices en trop dans de la viande déjà
mélangée ? C’est quasi impossible !

Fake, j’ai brassé comme faut, j’ai quand même ajouté du vrai basilic ! Lol !
Pis j’ai fait comme si de rien était !! Étrangement, personne n’a dit que
c’était bon ! Hihih

Bref, la prochaine fois, laissez-moi vous dire que je vais regarder à deux
fois avant de mettre des épices dans ma viande ! 😉

Author: maryberluecie

Blogue d'une famille loufoque, amusante, attachante et divertissante, situé dans les Bois-Francs.

Laisser un commentaire