Lecture : Debbie Lynch-White : Faut que je te parle !

Prenez-vous un bon café et assoyez-vous confortablement, car le livre que j’ai à vous présenter, c’est comme si l’on bavarderait entre chum de filles autour d’un bon café ou un verre de vin, c’est selon et surtout l’heure de la journée que vous le lisez ! 😉 Bref, c’est ainsi que je me suis sentie lorsque j’ai lu le livre de Debbie Lynch-White : Faut que je te parle des Éditions Libre Expression du Groupe Librex !

En moins d’une journée, j’ai lu son livre ! J’ai été charmée et surtout j’ai adoré sa façon de nous raconter son histoire, ses réflexions ! Sans flafla et sans mot qu’on doit chercher dans le dictionnaire ! Je me suis reconnue beaucoup en elle et surtout dans sa manière de penser !

Debbie Lynch-White nous raconte qu’elle est toujours sortie du lot lorsqu’elle était jeune ! Elle était toujours la dernière à être prise au ballon-chasseur ! (Allo !!! Moi aussi 😉 ) Déjà, dès son enfance, elle était différente des autres, de par son physique entre autres ! Saviez-vous qu’elle a toujours voulu être actrice ? Elle regardait sans cesse des films, des séries et elle en mangeait ou plutôt en rêvait ! C’est capoté pareil de savoir dès le plus jeune âge ! Ça m’a pris du temps à moi ! Hihihih Pis même encore aujourd’hui, je me pose des questions !

Bref, elle nous parle également de son premier voyage seule ! Elle angoissait à l’idée d’être seule ! Pour contrer ça, elle est partie en Europe un mois pour apprivoiser la solitude et pour voir ce qui se passait à l’étranger côté théâtre et artistique ! Pour Debbie, il fallait qu’elle affronte ça, car pour être bien avec quelqu’un, il faut tout de même être bien avec soi-même en premier lieu !

Elle aborde aussi dans un chapitre ces débuts dans le milieu artistique ! Debbie Lynch-White a commencé au théâtre ! Pour joindre les deux bouts, elle travaillait trois jours semaines pour arriver financièrement ! Elle vendait du fromage ! Ce n’était pas le Pérou, mais elle adorait jouer ! Juste avant la première de la pièce, une dame lui a offert, comme le veut la coutume dans le milieu lors d’une première, un porte-monnaie ! En lui donnant, la dame lui a mentionné : « Cette année, tu le remplis ! » Deux semaines plus tard, elle décrocha le rôle de Nancy Prévost dans Unité 9 ! Ça, si ce n’est pas le karma, je ne sais pas ce que c’est ! 😉

Debbie aborde aussi un sujet qui me touche beaucoup ! Je n’aurais pas pu le dire mieux qu’elle ! Ce sentiment d’être né pour un petit pain ! L’envie que les gens ont face à ceux qui réussissent ! On peut-tu arrêter de les envier et enfin travailler fort pour en faire autant !! Arrêtons de se plaindre ! Le succès, la récolte de nos efforts ne viennent jamais sans un travail acharné ! Comme elle le disait, il y a juste dans la télé-réalité que ça peut arriver pis même encore là !

Faut se libérer de cette maudite pensée de petit pain, de cet inconscient collectif qui nous freine parfois ou qui peut nous diminuer. On vaut pas mal plus qu’un petit pain sec.

Bien entendu, Debbie nous parle de sa femme, Marina ! Cette partie, je vous laisse le soin de le lire ! C’est trop beau ! Le résumé viendrait gâcher ce magnifique chapitre qu’elle lui dédie ! Vraiment ! Un amour si fort et authentique ! Mais une chose qui m’a fait rire et c’est ceci :

Y a la fille qui aime un peu, comme moi de temps en temps et par nostalgie, écouter du Nickelback !

Elle termine en mentionnant qu’il y a qu’une personne au monde avec elle peut faire ça et c’est Marina ! Je te confirme, Debbie que vous n’êtes pas seules ! Je fais ça aussi dans mon auto, le son dans le tapis et je chante à tue-tête, malgré ma voix de vieille casserole ! 😉 C’était ma petite parenthèse ! Hihihi

Un point au je me suis vraiment reconnue, c’est le chapitre où elle mentionne qu’elle est bonasse ! Tout comme moi, tout le monde est beau et fin ! On donnerait la lune à tout le monde sans se méfier que parfois, ce n’est pas pour les bonnes personnes que nous le faisons !

Des gens qui savent que t’es bonasse et qui vont jusqu’à le tenir pour acquis. Parce que c’est ça que ça fait dire oui tout le temps pis être tout le temps fine. Ça fait que les gens tiennent ta bonté et ta générosité pour acquises, et je suis tannée de ça.

Enfin, j’ai adoré le livre de Debbie Lynch-White : Faut que je te parle ! J’ai vraiment eu l’impression de prendre un café avec une amie et de discuter de plein de sujets différents ! Elle a une touche d’humour, une sensibilité hors du commun et j’ai appris qu’elle était une grande romantique !

Je ne sais pas si je peux qualifier ce livre de biographie, car oui elle nous parle de son passé, sa vie actuelle, mais elle nous partage plein de réflexions qui nous amène nous aussi à réfléchir ! Entre autres, le chapitre qu’elle nous parle de Facebook ! Lol !

Merci beaucoup Groupe Librex de m’avoir permis de découvrir un magnifique livre rempli de vérité et d’authenticité !


Pour plus d’informations sur le livre :

Site web: http://www.editions-libreexpression.com/faut-te-parle/debbie-lynch-white/livre/9782764813140 

Facebook Groupe Librex: https://www.facebook.com/GroupeLibrex/ 

Twitter: @GroupeLibrex

Pour suivre Debbie Lynch-White

Facebook: https://www.facebook.com/lynchwhited/

Instagram: https://www.instagram.com/debbielynchwhite/

 

Author: maryberluecie

Blogue d'une famille loufoque, amusante, attachante et divertissante, situé dans les Bois-Francs.

Leave a Reply