Ce n’est qu’un aurevoir Kiki !

Kiki ! Tu te souviens de la première fois que nous nous sommes rencontrés ? Il y a 7 ans et demi, tu étais à la SPCA de Victoriaville ! Monsieur Berlue et moi avions été faire un tour dans l’optique de peut-être adopter un chien ! L’affaire étant que nous n’avions pas encore emménagé dans notre maison. On allait juste voir, m’avait dit Monsieur Berlue !

Je me souviens de cette journée comme si c’était hier ! Tous les chiens étaient hystériques à notre arrivée ! Tous aboyaient démontrant qui était le plus fort ! Pis il y a eu toi ! Tu étais bien couchée dans ton enclos, les deux pattes croisées, dignes d’une princesse ! Tu nous as regardés, tu étais calme ! J’ai eu le coup de foudre ! On s’est informé à l’accueil ! La personne présente nous a indiqué que tu avais été retrouvé dans un boisé ! Tu avais été sûrement abandonnée !

Non, mais ! Qui voudrait abandonner une belle fille comme ça !? Tu étais maigre, maigre, comme dirait ma grand-maman ! Tu n’avais que la peau sur les os et l’on voyait toute la cage thoracique ! Eh ! que j’ai gossé longtemps Monsieur Berlue pour qu’on te ramène ! Mais, après coup, c’était insensé, car nous vivions en condo ! C’était un jeudi ! On déménageait le lendemain !

Pour que je lui sacre patience, il m’avait dit : « Si l’on revient la semaine prochaine et qu’elle est encore là, on l’amènera ! » Je te garantis que ça n’est pas rentré dans l’oreille d’une sourde ! Ô que non !

On a fini par déménager ! Je pensais à toi tout le temps ! Eh, que je priais le Bon Dieu pour que personne n’ait été te chercher ! J’étais égoïste, je te voulais dans notre famille ! Tu avais un petit je ne sais quoi qui faisait que tu étais à nous ! Je le savais, je le sentais !
C’est le lendemain du déménagement que j’ai réussi à convaincre Monsieur Berlue d’aller te chercher ! Bon, encore ici, je ne sais pas si c’était pour se débarrasser de moi, mais bon ! Heureusement pour moi, tu y étais toujours ! C’est comme si tu nous attendais sagement !

Sans équivoque, nous sommes repartis avec toi pour la maison ! Que tu avais l’air heureuse ! Depuis ce jour, tu as comblé chaque journée de bonheur ! Bon, OK, parfois de moins bon, quand tu t’es sauvée pour la première fois ou encore quand tu as fait pipi dans nos lits pour je ne sais qu’elle raison ou encore quand t’as été malade à côté de mon lit d’une bebitte encore non identifié à ce jour !

Nous avons traversé de grandes épreuves ensemble ! La venue de la petite en était une ! Bien qu’heureuse, tu m’as accompagné dans mon nouveau rôle ! En écoutant mes angoisses, mes craintes et mes peurs ! Tu étais toujours présente, même pendant que je travaillais à mon ordi, tu étais couchée sur mes pieds, question que je n’ai pas froid ou pour m’encourager ! C’est selon !

On a aussi vécu un moment traumatisant toutes les deux, lorsque le gars ivre était rentré avec sa voiture sous mon lit ! Tu y étais aussi ! Couchée sur le sol, juste à côté de moi ! Tout comme moi, ça t’a laissé des séquelles. On ne se le cachera pas ! Depuis, tu faisais de l’anxiété ! J’ai tout essayé pour t’apaiser !

Tu es devenue plus insistante qu’une mouche à marde ! Vraiment ! Tu étais ma deuxième peau ! Je me levais, tu le faisais aussi, je marchais, tu me suivais de peur que je disparaisse ! Tu ne faisais pas ça avec aucun autre membre de la famille ! Tu étais mon chien ! Tu n’avais qu’à me regarder et je savais ce que tu voulais me dire !

Bien que tu n’aies pas fait l’unanimité dans la famille ou les amis et le voisinage, tu as été ma meilleure amie, ma confidente !

Nous avons dû prendre une décision déchirante ! Ton comportement était devenu incontrôlable, instable, possessif à la limite agressif, nous n’avons pas eu d’autres choix de te laisser partir vers un monde meilleur, avant qu’un malheur n’arrive à Didi ou n’importe quelle autre personne de notre entourage ! Imagine, même le facteur qui venait porter des colis ne voulait plus approcher la porte d’entrée de peur que tu la défonces ! Sans parler de la commode que tu as défaite pour te venger de je ne sais quoi ! Ah ! Pis le plancher du sous-sol, qu’il faut refaire ! Pis le pipi que tu as laissé sur le méga toutou girafe de la petite !

Pardonne-moi ! J’ai l’impression de t’abandonner une seconde fois !

Tu as été mon amie, ma famille, ma confidente, ma protectrice ! Sache que je t’aime ma grosse fille d’amour et je ne t’oublierai jamais ! Tu vas laisser un grand vide dans la maison et dans notre cœur !

À bientôt !

Author: maryberluecie

Blogue d'une famille loufoque, amusante, attachante et divertissante, situé dans les Bois-Francs.

Leave a Reply