Par Julie de Julie lit au lit – Avez-vous remarqué que lorsqu’on se blesse, c’est rarement dans un contexte glorieux ? En effet, dans les premiers mots quand on raconte ou entend une anecdote de blessure, on entend souvent des mots comme c’est tellement niaiseux et/ou c’est un bête accident.

J’ai connu mon lot de blessures niaiseuses. Dans cet article, je vous partage le top 4 de mes blessures. Vous allez soit vous consoler, soit pleurer… de rire !

La fois où je me suis cassée les dents… pendant une date

Presque chaque fois que je dis que je me suis cassée 2 dents pendant une date, il y a quelqu’un pour dire que j’y vais fort lorsque j’embrasse. Et pourtant, ce fut une date propre où nous avons été tous les deux d’une grande sagesse.

Voilà : j’ai glissé dans la sortie du métro. Le plancher était mouillé de neige fondue. Ça ne se serait peut-être pas produit si je n’avais pas été pressée.

Je suis tombée en pleine face et mes mains n’ont pas suffi à amortir ma chute. J’avais des bouts de dents dans ma gomme. Et comme ça m’arrive souvent lorsque je me blesse, je riais parce que je trouvais ça niaiseux.

Le gars avec qui j’avais eu ma date n’était pas loin et il a pris le temps de s’assurer que j’allais bien. Comme j’avais manqué mon dernier bus (j’étais pressée, rappelez-vous), j’ai téléphoné un ami pour avoir un lift. Le gars est resté avec moi jusqu’à ce que mon lift arrive.

C’est lorsque je me suis vue dans le miroir que je me suis mise à pleurer. Mes belles dents droites n’étaient plus aussi belles ! Comme on dit, je ne me suis pas manquée !

Le lendemain, le gars avait une belle raison pour ne pas respecter la (maudite) règle des trois jours. En conclusion, je me suis fait refaire les dents (elles étaient plus belles avant l’accident, mais bon). Et nous sommes sortis ensemble pendant environ 3 mois.

La fois où j’ai été sur la CSST pendant 7 mois… à cause d’une poussette

Été 2013. Je travaille au Festival d’été de Québec. Vous savez, les structures en métal où l’on passe notre bracelet pour entrer sur les sites ? Les fameuses gates ? C’est là que je travaillais.

Il y avait un employé par couloir pour entrer/sortir et ce n’était pas large. Notre rôle principal, s’assurer que seuls ceux qui ont un bracelet valide puissent entrer sur le site.
Alors qu’il y avait une foule de gens qui voulaient entrer, une famille est arrivée avec une poussette. Je me suis tassée comme j’ai pu pour faire mon boulot tout en négociant avec la foule. Ça n’a pas empêché la poussette de rouler sur mes orteils.

Levez-vous debout ! Oui oui, levez-vous debout pour lire la suite.

Vous êtes debout ? Imaginez qu’on vous roule sur les orteils. Le mouvement réflexe que vous auriez dans cette situation est que votre genou va plier. Et qu’est-ce qui se passe quand un genou plie ? OUI. Il avance ! Et il avance où quand on travaille à côté de structures en métal ? Dans une structure en métal.

Sur le coup, je me disais que c’était normal que ça fasse mal. Je venais de me cogner. Quelques secondes plus tard, j’avais les yeux pleins d’eau et je ne pouvais plus être debout. Je suis partie en civière à la tente médicale du Festival d’été, suite à quoi, j’ai été sur la CSST pendant 7 mois.

Pendant ces 7 mois, j’ai continué à travailler dans mon emploi régulier. La CSST a surtout servi à ce que je puisse faire de la physiothérapie et de l’ergothérapie. Au bout de 7 mois, j’étais en mesure d’effectuer mes tâches au Festival d’été. Mais j’ai comme perdu l’envie d’effectuer ce boulot pendant le Festival d’été. Je me demande bien pourquoi !

La fois où j’ai failli perdre un œil… parce que je sautais dans mon lit

Comme beaucoup d’enfants, j’aimais sauter sur un lit. À 3 ans, j’ai trouvé que c’était une bonne idée de sauter sur un lit en portant des lunettes de soleil. À 3 ans, je suis tombée et j’ai failli perdre mon œil droit.

Ai-je besoin de préciser que les enfants que je garde ne veulent pas sauter dans leur lit lorsque je leur parle de ma cicatrice sous l’œil ? Magie ! Les seuls enfants avec qui ça n’a pas fonctionné, ce sont des petites Danoises qui ne parlaient ni français ni anglais.

La fois où je me suis foulée une cheville… au yoga

Aimez-vous repousser vos limites ? Je suis dans la catégorie qui aime ça. J’aime essayer des affaires et je suis plus ou moins consciente des risques. Je suis game. J’en ai essayé des choses au yoga. Parfois avec succès, parfois non. Par exemple, je n’ai jamais réussi à faire le corbeau, probablement parce que j’ai peur de tomber en pleine face (merci dents cassées pendant une date).

Je me débrouillais bien dans les transitions. Et ça ne me faisait pas peur. Ça m’a amené à repousser un peu trop mes limites.

Le professeur nous incitait à pratiquer le jumpback/jumptrough.

Mon pied a glissé sur le tapis, qui en bon tapis antidérapant a coincé ma cheville.

J’ai senti la douleur quelques minutes après le cours. Je ne pouvais plus déposer mon pied par terre. Ai-je besoin de préciser que je suis archiprudente pendant les transitions depuis cette blessure ?

Je pourrais continuer pendant encore plusieurs lignes à vous raconter mes déboires, comme lorsque je me suis fait une entorse en enlevant mes cheveux de mon foulard, mais ça suffit !

Et vous, vos blessures ?


Site web: https://julielitaulit.com/

Facebook: https://www.facebook.com/julielitaulit/

Twitter: https://twitter.com/julielitaulit

Instagram: https://www.instagram.com/julielitaulit/

Posted by:maryberluecie

Blogue d'une famille loufoque, amusante, attachante et divertissante, situé dans les Bois-Francs.

15 replies on “Se blesser, c’est niaiseux !

  1. Oh! Je suis contente de trouver pire que moi qui me suis cassé une jambe la première fois que je suis allée faire du ski alpin. Non! Ce n’était pas dans la descente. C’était en prenant (en voulant prendre) le remonte-pente. Pour les autres blessures, je me garde une petite gêne…

    Aimé par 2 people

    1. lol !! Vraiment !! En voulant prendre le remonte pente tu t’es cassée la jambe ! 😮 Moi la 1ere fois j’ai fait du ski j’étais au primaire et au lieu de freiner, j’ai atterri sur le balcon du chalet… lol ! Ca été finit pour moi ! 😉

      J’aime

  2. J’ai eu moi aussi ma part d’aventure.

    Je suis par exemple arrivée à l’hôpital dans un coma après avoir « volé » d’une charrette. Je faisais une petite promenade agréable lorsque les chevaux ont pris peur et ils ont commencé à « rouler » à toute vitesse…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s