Dans mon fil d’actualité et dans la communauté de Berlue, j’ai remarqué qu’il y avait plusieurs futures mamans. Certaines avec des maux de cœur ou d’autres avaient des goûts bizarres en alimentation. Alors question de vous remonter le moral, ou non ! 😉 J’ai demandé à quelques blogueuses de vous raconter des anecdotes suite à leurs grossesses.

Au départ, ce que je voulais, c’était des conseils dans l’optique de vous faire passer une meilleure grossesse. Seulement, en demandant aux filles, je me suis rendu compte que nous n’avions eu aucun problème, pas de maux de cœur, etc. C’est dur dans ce temps-là de conseiller quelqu’un quand tu ne l’as pas vécu ! 😉 Donc, je vous présente en plus de la mienne, deux blogueuses que j’aime beaucoup qui se sont prêtées au jeu !

 LE PETIT MONDE DE GINGER

Par Annie – J’ai 3 enfants qui ont chacun leur histoire, malgré le fait que j’ai eu 3 grossesses assez similaires. J’ai pris des hormones pour tomber enceinte de ma première et j’ai vécu une fausse couche à 12 semaines de grossesse avant de tomber enceinte de mon deuxième. Mon troisième est par contre arrivé au premier mois d’essai, la seule fois du mois où les 2 autres nous ont laissé le temps de… bon, vous comprenez…

Le hic est qu’en plus de mettre du temps pour tomber enceinte, je mets aussi du temps pour accoucher. On m’a provoqué à chaque bébé. J’ai tout essayé, j’ai même dépassé le cap fatidique des 42 semaines, sans succès. Pourtant, une fois mes eaux percées, les contractions s’activent et bébé arrive rapidement. Soit mon ventre est confortable, soit je suis faite pour être enceinte aussi longtemps.

Malgré le fait que je mette du temps à tomber enceinte et à accoucher, j’ai eu de très belles grossesses et de beaux accouchements. J’ai continué d’être active et de vaquer à mes occupations quotidiennes jusqu’à la fin sans problème. Quand on m’a demandé si j’avais une anecdote à raconter sur les nausées, j’ai souri. Pas parce que j’avais des tonnes d’histoires sur le sujet, mais parce que j’en avais une.

Je n’ai pas connu les nausées enceintes, à part à ma première. Et il faut le dire vite, c’était vraiment léger. Comme le yogourt et le couscous que je ne tolérais plus par exemple. Mais pas au point d’en être malade, par contre. Sauf la fameuse fois, c’était juste trop. Avec ma chance légendaire, j’ai échappé mes lunettes dans la toilette au moment où j’avais tiré la chasse d’eau. J’ai tenté de les récupérer, en vain. La toilette était donc bloquée et débordait régulièrement. La pire fois où c’est arrivé, j’étais seule. Je tentais de ramasser le tout en combattant mes maux de cœur, mais j’ai malheureusement été malade dans la chaudière en nettoyant le tout. Je suis donc allée vider le seau dans le lavabo de la cuisine, mais à la vue de ma pizza aux 3 viandes à peine digérée, j’ai vomi à nouveau, dans le lavabo cette fois-ci. J’ai respiré un bon coup et j’ai fini de nettoyer le tout en me disant que ça me faisait une bonne pratique pour les futures gastros familiales, mais je n’ai jamais remangé de pizza 3 viandes depuis ce jour…

MA VIE AVEC MES PISSENLITS

Par Julie – Enceinte de mon premier, j’ai eu beaucoup de difficultés avec les nausées. Je vomissais pratiquement à chaque matin avant ou après avoir mangé, et ce, même en prenant du Diclectin. Ce n’est que lorsque j’ai consulté une nutritionniste lors de mon hospitalisation pour un décollement placentaire que j’ai découvert une des principales raisons de ces vomissements : les liquides !

Je me faisais de bons smoothies  question d’avoir une foule de vitamines au petit déjeuner, mais jamais je n’avais pensé que les liquides pouvaient m’amener à vomir davantage. Comme quoi l’expression “pregnant brain” est très vraie dans mon cas ! J’ai donc diminué les liquides le matin jusqu’à une heure après mon premier repas et ça a beaucoup aidé. De plus, la consommation de gingembre fonctionne bien pour diminuer mes nausées rapidement. Enceinte, je mange davantage de noix pour avoir un apport en protéines suffisant et pour éviter d’être à jeun trop fréquemment dans la journée.

Après plusieurs premiers trimestres, j’ai aussi remarqué que je suis très sensible aux différences de températures et à la fatigue. Lors de ma dernière grossesse, j’avais peine à m’approcher la tête du frigidaire pour y prendre les aliments. Je demandais donc à mon plus vieux de m’aider ! De plus, lorsque je ne dormais pas suffisamment, j’avais plus de nausées qu’à l’habitude. C’est vraiment en me reposant, en faisant attention à ce que je mange et à ce que je bois que j’ai passé au travers mes dernières grossesses sans médication.

Maintenant que tout ça a passé et je peux enfin profiter de l’énergie du 2e trimestre !

MARYBERLUE & CIE

Par moi-même – Ma grossesse a été comme sur des roulettes. Malgré quelques maux d’estomac vers la toute fin, je n’ai eu aucun malaise, contre toute attente de mon médecin. Laissez-moi vous raconter ! À mon tout premier rendez-vous chez la gynécologue, j’étais un peu stressée, je n’avais jamais eu de suivi de grossesse et je ne savais pas trop à quoi m’attendre ! Le rendez-vous commence, elle fait un examen général, écoute le cœur (tout qu’un moment) et je me rassois à son bureau. Elle m’explique en gros les prochaines étapes et me demande si j’avais quelques antécédents, peu importe lequel !

Tout bonnement, je lui ai dit que j’avais fait deux phlébites, dont une profonde, trois ans auparavant dans la jambe gauche et que maintenant tout était correct. Je me souviendrai toujours de ce moment ! Les yeux qu’elle a eus ! Ils voulaient dire : « Pourquoi tu ne me l’as pas dit avant !! » Sans le savoir, j’ai pesé sur un bouton panique ! En moins de deux, elle m’a fait rasseoir dans la salle d’attente en me disant qu’elle reviendrait me chercher ! Elle a fait quelques téléphones pour avoir l’avis d’un médecin spécialisé en la matière ! Environ quinze minutes plus tard, elle m’a demandé de retourner la voir.

Elle m’a expliqué le sérieux de la chose et clairement elle ne comprenait toujours pas pourquoi des mesures n’étaient pas déjà prises ! Donc, elle m’a dit : « Voilà ta prescription, dorénavant tu dois te piquer dans la bedaine deux fois par jour avec du Fragmin et tu seras suivi en plus par un autre médecin. » Oh là ! Je ne m’attendais tellement pas à ça ! Je savais déjà ce qu’était le Fragmin et honnêtement, je n’avais pas du tout le goût de le côtoyer à nouveau !

Elle a fini par m’expliquer que malgré le fait que mes phlébites sont guéries, les femmes enceintes sont plus à risque d’en faire et moi encore plus, donc c’est un moyen de prévention pour éviter toute problématique. Sur le coup, je n’ai réellement pas trouvé la situation drôle, mais après réflexion, c’était vraiment cocasse de la façon que ça s’est passé ! Juste lui voir le visage, ça valait cher ! 😉

Alors voilà ce qui fait le tour de nos histoires de femmes enceintes ! 🙂 En avez-vous ? J’aimerais bien vous entendre ! 🙂

Posted by:maryberluecie

<p>Blogue d’une famille loufoque, amusante, attachante et divertissante, situé dans les Bois-Francs.</p>

Leave a Reply