Une fille hormonée pour être féconde, c’est dur dur pour la vie de couple !

Par Suzy Wong du blogue Les mondes de Suzy Wong/Multidimensionnelle – Le jour dans lequel j’ai appris que j’avais un bébé dans le bide, je vous le dis, ça n’a pas été nécessairement un moment très romantique. Il fut plutôt terre à terre, voire grotesque. Disons qu’à la veille d’apprendre la grande nouvelle, j’étais dans tous mes états, appelant même une amie pour lui annoncer que je quittais mon chum. Pourquoi ? Parce qu’il n’avait pas vraiment été autant exalté que moi en regardant l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver 2010. En fait, il avait trouvé ça tellement ennuyant qu’au beau milieu de la représentation, il avait décidé d’aller se coucher. 

Hormonée au boute parce que Xavier fut un enfant conçu avec l’aide de Procréa et le fait qu’il me laissa moisir toute seule sur le sofa, je capotai ma vie, assez pour lui annoncer que notre couple battait de l’aile et que je le quittais drette-là. Là-dessus, sûrement parce que j’avais fait une folle de moi depuis les deux dernières semaines, il ne me répondit pas grand-chose, sinon qu’on allait en reparler plus tard, tout ça en me donnant la bise. Bref, ce petit événement m’avait mise dans tous mes états, assez pour appeler une amie et lui apprendre ma rupture.

Ne voulant pas être impolie, s’empêchant probablement aussi de ne pas me rire en pleine face, l’amie fit semblant de me comprendre, d’être d’accord sur le fait que mon chéri était un nigaud de n’être pas tombé en pâmoison devant un spectacle si grand. Aussi, elle me conseilla vivement de passer un test de grossesse le lendemain matin à la première heure, cela même si ma courbe de température n’avait pas semblé avoir grimpé pantoute durant mon cycle. Après avoir raccroché le combiné, je m’installai confortablement sur le sofa avec une petite laine et me résignai à ne plus jamais dormir en cuiller avec mon chum. La nuit passa et je dormis comme un loir.

Au petit matin, à sept heures, gros maximum, j’allai à la salle de bain, sortis de l’armoire le test de grossesse Clear Blue et j’urinai ce qu’il fallut pour me faire confirmer que je n’étais pas prégnante, du moins, c’était ce que je croyais attendu que le spécialiste chez Procréa pensait que je deviendrais mère uniquement par l’in vitro. À mon grand étonnement, quand la bandelette m’annonça que j’étais enceinte depuis 7-10 jours, je tournai sur moi-même quelques tours (la salle de bain était miniature), m’étouffai avec ma salive et ressortis un second test de grossesse. Résultat : J’étais toujours enceinte depuis 7-10 jours !!!

L’émotion qui monta en moi, en apprenant que j’étais enceinte, fut très bizarre. En fait, ma réaction fut choquante. Je rentrai dans la chambre à coucher, toisai le chéri qui me dévisagea à son tour, puis en lui garrochant le test de grossesse positif, je lui exprimai mi-figue mi-raisin :

« Mon maudit, toi ! Tu aurais pu attendre encore quelques jours avant de m’engrosser, le temps que toi aussi tu y goûtes un peu. Lundi, c’était jour de ton spermogramme ! »

Là-dessus, mort de rire, il me répondit :

« OK. Mais au bout du compte, es-tu contente ? On va avoir un bébé ! »

Il me fallut quelques secondes pour lui répondre, parce que je me posais moi-même la question, encore toute mélangée dans mes émotions cul-cul. Après tout, moi, j’avais rompu avec lui la veille. Finalement, je rouspétai :

« Bien sûr que je suis heureuse, qu’est-ce que tu en penses ? »

« Dis-le à ta face, parce qu’elle ne semble pas le savoir encore que tu es enchantée ! » Me clama-t-il tout sourire.

Puis il conclut avec sa maudite phrase qui me fait encore rire aujourd’hui :

« Envoye icitte que j’te colle ma maudite chanceuse ! »

Voilà la tranche de vie bienheureuse dans laquelle le chéri et moi avons appris qu’un petit Xavier allait venir au monde…

18155282_10158546985015510_1527868641_n
Crédit: Suzy Wong

Author: maryberluecie

Blogue d'une famille loufoque, amusante, attachante et divertissante, situé dans les Bois-Francs.

Leave a Reply